La compassion

Nous nous efforçons de joindre les gens et de prendre soin d’eux.

L’Armée du Salut a pour mission de manifester l’amour de Jésus-Christ, de répondre aux besoins des gens et d’exercer une influence transformatrice sur les collectivités. Vous aurez du mal à trouver une meilleure expression de la compassion que la façon dont nous nous préoccupons d’autrui. La compassion et le partage sont les deux plus grandes qualités de notre organisation.

Saviez- vous que ces valeurs ont été définies au tout début de la fondation de l’Armée du Salut, à Londres? Lorsque Bramwell Booth mentionna à son père, William Booth, que des sans-abri dormaient sous les ponts, ce dernier dit à son fils que les paroles ne suffisaient pas. « Fais quelque chose! »

Pour télécharger la vidéo cliquez sur l’icône Vimeo.


En Action- Compassion                                                                     

La compassion à l’œuvre

« Souffrir ensemble »

Je parvenais à un bon niveau d’accomplissement dans ma vie. Après des années d’étude, j’avais pu finalement ajouter « Ph. D. » après mon ma signature. Mon mari et moi avions eu deux beaux enfants. Et pour couronner le tout, sept mois après la naissance de notre deuxième fils, j’avais commencé à travailler en tant que consultante en éthique chrétienne au Centre d’éthique de l’Armée du Salut. Tout se mettait en place.

Puis ce fut l’effondrement.

Quelques semaines à peine après être entrée en fonctions, j’ai commencé à avoir de graves maux de tête. Ma vision s’embrouillait, et j’éprouvais de l’engourdissement sur mon côté droit. Un examen au scanner a révélé une masse au cerveau. J’ai subi une craniotomie. À 31 ans, j’avais un cancer du cerveau de grade 3.

« J’ai une bonne nouvelle! », m’a annoncé mon oncologue. De récentes études ont indiqué qu’une concoction spéciale de produits chimiothérapeutiques, associée à la radiothérapie, pouvait prolonger ma vie de plusieurs années. En termes très clairs, il a ajouté que la chimiothérapie me ferait l’effet d’un camion Mack qui me passerait dessus.

Je n’avais pas l’impression que c’était une bonne nouvelle.

En effet, le traitement a été douloureux et inconfortable. Mais c’était l’isolement dans la souffrance qui m’affligeait le plus, et on ne peut pas soulager ce mal par des moyens médicaux. Où était Dieu dans tout ça? J’ai cru en un Dieu compatissant. Mais au pire moment de ma vie, c’était difficile de remarquer une compassion divine.

J’avais pleinement conscience que les membres de ma famille souffraient avec moi. Ils ont sacrifié beaucoup de leur temps en donnant de l’aide pratique pendant je subissais les effets ravageurs de la radiothérapie, de la chimiothérapie et d’autres médicaments. Ils m’ont soutenu de plusieurs façons, et ils m’écoutaient toujours quand je leur confiais mes inquiétudes. Même s’ils avaient leurs propres problèmes, ils accordaient la priorité à ma souffrance.

Beaucoup d’autres personnes ont été touchées de compassion et ont senti mon angoisse spirituelle. Peu de temps après l’établissement de mon diagnostic, l’officière du temple de Heritage Park, que je connaissais à peine, m’a apporté une pièce murale sur laquelle était écrit :

 

Sometimes God calms the storm. Sometimes God lets the storm rage and calms his child.

[« Parfois, Dieu calme la tempête. D’autres fois, Dieu calme son enfant pendant qu’il laisse la tempête se déchaîner. »]  

Elle m’a indiqué qu’elle l’avait reçue pendant qu’elle traversait une période difficile. Elle a donc pensé à me la remettre.

Pendant que j’étais alitée chez moi, ma boîte aux lettres et mon courrier électronique se remplissaient de vœux de prompt rétablissement. Des salutistes et d’autres personnes dans le monde ont prié pour moi, y compris des gens que je n’avais jamais rencontrés. Des collègues du Centre d’éthique et du Collège universitaire Booth m’ont généreusement rendu visite. De plus, mon superviseur m’a offert en cadeau un arrangement de plantes séchées dans une mini-serre. Comme il l’a dit lui-même, c’est un cadeau qui durera.

D’aimables bénévoles du temple de Heritage Park et de ma propre congrégation ont préparé un repas pour ma famille tous les soirs de la semaine, pendant toute la durée de mon traitement (la chimiothérapie, à elle seule, s’est étendue sur un an). Chaque fois que je recevais un repas dans mon entrée, je me sentais moins seule. Des gens m’ont fait voir que je n’étais pas oubliée.

Vers la fin du traitement, j’ai entrepris un retour au travail. J’ai eu la possibilité d’y revenir graduellement jusqu’à ce que je sois assez en forme pour travailler à temps plein. Je sais que cela n’est pas offert à tout nouvel employé! Quand j’étais frustrée par une impression de récupération trop lente, je me suis sentie à la fois estimée et soutenue.

Les gestes de bienveillance et de compassion m’ont encouragée à faire montre de compassion envers autrui. Un peu après le début de la chimiothérapie, mon mari et moi avons adhéré à un groupe de soutien destiné aux personnes atteintes du cancer du cerveau et à leurs aidants naturels. Au commencement, nous avions besoin du soutien des autres membres du groupe. Maintenant, nous sommes à une différente étape de notre cheminement. Nous continuons d’assister aux réunions pour trouver des occasions de nous montrer compatissants à l’endroit d’autres personnes qui souffrent.

Je poursuis ma vie en sachant qu’un jour le cancer réapparaîtra. Mais j’ai constaté que la compassion divine était bien réelle grâce à tous ceux qui m’ont accompagnée dans la souffrance. C’est effectivement une bonne nouvelle.

 

Ap- photo 2

 

Aimee Patterson est consultante en éthique chrétienne au Centre d’éthique de l’Armée du Salut. Sur le plan personnel, elle cherche la sagesse pratique. Les repas raffinés constituent sa plus grande extravagance, qu’elle doit quelque peu modérer en raison du goût de ses enfants pour la pizza et le Kraft Dinner.

 

 

Cliquez ici pour une version imprimable de La compassion- En action


Regard sur le passé – Compassion                                                    

Au tout début de l’Armée du Salut, ceux qui œuvraient auprès des pauvres se sont vite rendu compte que des jeunes femmes, dont beaucoup n’étaient encore que des fillettes, étaient vendues comme prostituées. On leur promettait faussement des emplois de domestique, puis elles étaient asservies au monde de la prostitution. Lorsque des membres de l’Armée du Salut ont cherché à leur venir en aide, ils ont appris que l’âge de consentement en Angleterre était seulement de 13 ans.

Horrifié par ce fait, Bramwell Booth réussit à convaincre W. T. Stead, rédacteur d’un journal influent, de rapporter les histoires vécues par des jeunes filles qui avaient trouvé refuge auprès de l’Armée du Salut. Le rédacteur en chef fut peiné par leurs témoignages et lança une campagne pour que l’âge de consentement soit établi à 16 ans. Cependant, il devint évident que les témoignages ne suffiraient pas : ni le gouvernement ni le grand public ne semblaient vouloir agir sans que l’on « prouve » que des filles étaient offertes et vendues pour le commerce du sexe, en Grande-Bretagne et ailleurs.

Pour la rédaction d’une célèbre série d’articles intitulée The Maiden Tribute of Modern Babylon, W. T. Stead parvint à « acheter » Eliza Armstrong, treize ans, à sa mère pour la maigre somme de 5 £. Dans le premier article paru en juillet 1885, il exposa en détail les pièges tendus aux jeunes filles défavorisées, leur enlèvement et leur vente à des bordels de Londres. Cette série d’articles choqua la société londonienne et fit sensation à l’échelle internationale. Cela donna le coup d’envoi à un projet de modification de la loi pour faire passer l’âge de consentement de 13 à 16 ans. M. Stead et plusieurs de ses complices, dont Bramwell Booth, ont été arrêtés et passés en justice en raison des méthodes illégales utilisées pour l’enquête journalistique. M. Stead passa trois mois en prison.

La compassion est bien enracinée au sein de l’Armée du Salut et motive ses actions courageuses et bienveillantes depuis plus d’un siècle. Quand le général Albert Orsborn a écrit ces paroles emblématiques, il se peut qu’il ait pensé à ces braves messagers de la compassion et du changement:

 

Except I am moved with compassion,

How dwelleth thy Spirit in me?

In word and in deed Burning love is my need;

I know I can find this in thee.

[Comment ton Esprit réside-t-il autrement en moi

 Que lorsque je suis touché de compassion?

En parole et en geste,

J’ai besoin de manifester l’amour ardent :

Je sais que je peux le trouver en toi.] Valuesproject_MaxRyan_photo

 

Le lieutenant-colonel Maxwell Ryan, officier retraité, vit à Burlington (Ontario), où il travaille à temps partiel comme aumônier dans un hôpital, en plus d’être historien amateur de l’Armée.

 

Cliquez ici pour une version imprimable de La compassion- Regard sur le passé


Foi & Vie- Compassion                                                                             

John est entré dans le bureau des services d’aide à la famille. Son regard était furtif et furieux. Janice a rassemblé ses forces en prévoyant l’attaque imminente. John explosait fréquemment en jurons, à propos de complots théoriques contre lui, exigeait des services avec brutalité ou faisait de violentes accusations à l’endroit du personnel. Nouveau jour, nouveau scénario. « Seigneur, aide-nous! »

Leo est entré dans le centre d’hébergement. Travis l’a accueilli chaleureusement et lui a demandé s’il voulait souper. Pendant que Leo attendait dans la file d’attente, son regard est devenu vitreux, puis il s’est retrouvé immobile, pris encore une fois d’une crise d’épilepsie. Travis a su immédiatement ce qui se passait et a demandé aux autres personnes de s’écarter. Soudainement, Leo a quitté la file d’attente et s’est mis à errer vers la salle du personnel, comme s’il était en transe, en laissant une traînée liquide derrière lui. Encore une fois, il avait souillé ses pantalons.

Ces histoires semblent pathétiques, mais ce sont des exemples typiques de rencontres que beaucoup de travailleurs de l’Armée du Salut vivent quotidiennement auprès de leur clientèle.

Quand je pense à ces situations ainsi qu’aux nombreuses personnes que je me souviens d’avoir servies depuis plus de 30 ans au sein de l’Armée du Salut, un mot me vient à l’esprit comme un élément essentiel à notre œuvre : COMPASSION.

Les versets suivants tirés du livre de Matthieu résonnent en moi depuis des années et décrivent l’approche salutiste pour rendre service à autrui. Ils constituent pour nous un point d’ancrage :

« Jésus parcourait toutes les villes et les villages; il enseignait dans les synagogues, proclamait la bonne nouvelle du royaume et guérissait toute maladie et toute infirmité. À la vue des foules, il fut rempli de compassion pour elles, car elles étaient blessées et abattues, comme des brebis qui n’ont pas de berger. » (Matthieu 9:35-36)

Un élément fondamental de la personnalité de Jésus caractérisait sa mission : la compassion. Il n’était pas insensible à ce que les gens vivaient (leurs situations, leurs troubles intérieurs, leurs fautes, leurs peines et leur confusion). Il percevait réellement toutes ces choses. Il voyait au-delà des apparences et était touché jusqu’au plus profond de son être par l’amour, la pitié, la miséricorde, l’affection, la sollicitude et la grâce.

La compassion est une de nos valeurs essentielles. C’est ainsi que nous cherchons, en tant qu’organisation, à imiter Christ, c’est-à-dire à aborder toute personne qui franchit nos portes, à vraiment la regarder et à nous laisser toucher profondément par l’amour, la pitié, la miséricorde, l’affection, la sollicitude et la grâce. Les comportements discutables, l’ingratitude, le manque d’engagement et la grossièreté n’ont pas d’incidence sur notre compassion. La valeur essentielle de la compassion est intrinsèquement liée à notre organisation puisque nous éprouvons ce sentiment pour les gens en difficulté, sans égard à l’état dans lequel ils se présentent. Que Dieu nous vienne en aide!

Il ne s’agit pas simplement de nos sentiments à leur endroit. La sollicitude et l’amour nous motivent à apporter un changement bénéfique dans leur vie. Dans le cas de John, il fallait collaborer avec sa sœur pour nous assurer qu’il reçoive les soins psychiatriques dont il avait besoin. Dans le cas de Leo, il était nécessaire de l’héberger, malgré le dégât qu’il avait causé, en traitant avec les services de santé et d’autres organismes communautaires afin de l’accompagner pour l’établissement de son diagnostic.

Notre compassion nous pousse à agir afin de combler les besoins des gens et de voir des vies transformées devant nos yeux. Il n’y a pas de solution rapide. C’est une entreprise qui prend du temps, de l’engagement, de l’espoir, et surtout une compassion inébranlable.

 

Ruth Gillingham

 

La capitaine Ruth Gillinghham s’est constamment engagée dans des aventures pour réaliser la mission de Jésus, que ce soit dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver, à London, en Ontario, ou à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest. Mariée à Ian depuis plus de 25 ans, et mère de cinq enfants âgés de 9 à 22 ans, elle aime toujours parcourir les grandes routes et les chemins secondaires.

 

 

Cliquez ici pour une version imprimable de La compassion- Foi & vie

 


Connexion jeunesse- Compassion                                                       

Cliquez sur l’image pour télécharger La compassion- Connexion jeunesse

Cliquez ici pour télécharger le contenu infographique sur La compassion-Connexion jeunesse

Réservé © 2016 Le Centre d’étique de L’Armée du Salut. Tous droits réservés. Armée du Salut du territoire du Canada et des Bermudes.

Chef de territoire: Commissaire Susan McMillan. Directeur administratif: Dr. James E. Read.

Windows-7-Key  | Windows-7-Keys  | windows-7-ultimate-Keys  | cheap-Windows-7-Keys  | windows-7-keys-sale  | windows-7-product-keys  | windows-7-homepremium-Key  | cheap-Windows-7-product-Key  | windows-7-keys-sale  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | Windows-7-Key  | Windows-7-Keys  | windows-7-ultimate-Keys  | cheap-Windows-7-Keys  | windows-7-keys-sale  | windows-7-product-keys  | windows-7-homepremium-Key  | cheap-Windows-7-product-Key  | windows-7-keys-sale  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | Windows-7-Key  | Windows-7-Keys  | windows-7-ultimate-Keys  | cheap-Windows-7-Keys  | windows-7-keys-sale  | windows-7-product-keys  | windows-7-homepremium-Key  | cheap-Windows-7-product-Key  | windows-7-keys-sale  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | Windows-7-Keys  | windows-7-ultimate-Keys  | cheap-Windows-7-Keys  | windows-7-keys-sale  | windows-7-product-keys  | windows-7-homepremium-Key  | cheap-Windows-7-product-Key  | windows-7-keys-sale  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | Windows-7-Keys  | windows-7-ultimate-Keys  | cheap-Windows-7-Keys  | windows-7-keys-sale  | windows-7-product-keys  | windows-7-homepremium-Key  | cheap-Windows-7-product-Key  | windows-7-keys-sale  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | Windows-7-Keys  | windows-7-ultimate-Keys  | cheap-Windows-7-Keys  | windows-7-keys-sale  | windows-7-product-keys  | windows-7-homepremium-Key  | cheap-Windows-7-product-Key  | windows-7-keys-sale  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | Windows-7-Keys  | windows-7-ultimate-Keys  | cheap-Windows-7-Keys  | windows-7-keys-sale  | windows-7-product-keys  | windows-7-homepremium-Key  | cheap-Windows-7-product-Key  | windows-7-keys-sale  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | Windows-7-Keys  | windows-7-ultimate-Keys  | cheap-Windows-7-Keys  | windows-7-keys-sale  | windows-7-product-keys  | windows-7-homepremium-Key  | cheap-Windows-7-product-Key  | windows-7-keys-sale  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  |